Forum de Partage de liens en images, A chacun son Clic...!
вιєηνєηυє ѕυя ℓє ƒανσяιѕ ∂є вυяєαυ ιηтєяηєт


Forum de Partage de liens en images, A chacun son Clic...!

вιєηνєηυє ѕυя ℓє ƒανσяιѕ ∂є вυяєαυ ιηтєяηєт » ヅ Invité
 
AccueilFAQPortail FBI°1S'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LES ARBRES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: LES ARBRES   Dim 17 Nov 2013 - 21:11


Les arbres du monde entier sont des essences très appréciées dans les métiers du bois mais en connaissons nous les différentes espèces?
Chacun de nous va rechercher une espèce et raconter son histoire.


Dernière édition par Neandra le Ven 22 Nov 2013 - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: LE SEQUOIA GEANT   Ven 22 Nov 2013 - 13:14

LE SEQUOIA GEANT



Le Séquoia géant (Sequoiadendron giganteum) ; (ou séquoïa géant) est une espèce de conifères de la famille des Taxodiaceae (classification classique) ou des Cupressaceae(classification phylogénétique). Il est l'unique représentant actuel du genre Sequoiadendron. Un certain nombre de caractères biologiques l'apparente aux deux autres espèces de la sous-famille des Sequoioideae : le séquoia à feuilles d'if qui est plus grand et qui pousse le long des côtes californiennes ainsi que le Metasequoia glyptostroboides, plus petit et originaire de Chine.
Le chef indien Sequoyah le Cherokee, de son véritable nom George Guess inventeur de l'alphabet cherokee, a donné son nom à l'arbre en raison de sa force et de sa persévérance. Cette dédicace fut faite par le botaniste autrichien Stephan Ladislaus Endlicher. Le nom « wellingtonia » lui a été donné en l'honneur du duc de Wellington, général britannique vainqueur de Napoléon Ier à la bataille de Waterloo


Description:


Le séquoia géant n'est pas l'arbre le plus haut ni le plus large du monde. Il est tout simplement le plus volumineux de la planète. Il atteint habituellement une hauteur de 50 à 85 m pour un diamètre de 6 à 8 m. Le spécimen le plus imposant est le « General Sherman », dans le Parc national de Séquoia (États-Unis), haut de 83 m pour une circonférence de 30 m, un volume de 1 400 m3 et une masse estimée à 2 100 tonnes. Le séquoia géant se caractérise également par sa longévité1 puisqu'il peut atteindre plus de 3 000 ans. Sa croissance initiale est vigoureuse et verticale avec une forme conique caractéristique. Au-delà de 100 ans, il a tendance à se développer plutôt en diamètre et son sommet s'arrondit. S'il ne pousse pas en situation isolée, il perd rapidement ses branches basses à cause de l'ombrage provoqué par les arbres voisins, ce qui explique l'absence de branches sur une hauteur de 20 à 50 m.


Feuillage d'un séquoia géant.


Souche d'un séquoia fraîchement coupé, caractéristique par sa couleur rouge.


Cônes et graine de Sequoiadendron giganteum Muséum de Toulouse.

  • Les feuilles sont des aiguilles pointues en forme d'alènes, persistantes et arrangées en spirale autour de la tige, de couleur vert grisâtre et d'une longueur de 3 à 15 mm. Elles dégagent une odeur d'anis quand on les froisse.

  • Le bois, riche en tanins est de couleur rouge assez vive. Sa résistance mécanique est faible mais sa résistance à la dégradation par les champignons et insectes est exceptionnelle. À tel point que les troncs tombés au sol sont souvent détruits lors des incendies et non par les pathogènes.

  • Son écorce, très épaisse et fibreuse, est de couleur rougeâtre, d'où son nom anglais de Redwood (bois rouge). Dépourvue de résine et riche en tanins, elle protège l'arbre du feu. Elle peut atteindre 90 cm à la base du tronc des plus grands arbres. L'écorce du séquoia géant peut présenter différents motifs allant de la forme lisse à la forme réticulée en passant par des motifs rectilignes ou spiralés. Ce caractère semble être d'origine génétique.

  • Le système racinaire de l'arbre peut s'étendre sur une distance de 30 à 40 m selon la capacité du sol à retenir l'eau. Cependant les racines s'enfoncent rarement à plus de 90 cm de profondeur, ce qui peut sembler paradoxal pour un arbre si grand. C'est cette faible profondeur combinée à l'érosion qui est la cause principale de la chute de ces géants.

  • Arbre monoïque. Les fleurs mâles, situées à l'extrémité des rameaux, sont minuscules et jaunâtres (mars-avril). Les fleurs femelles, ovoïdes, sont érigées au sommet d'une petite tige écailleuse et brillante. Elles donnent des fruits qui mûrissent en deux ans et se présentent sous forme de cônes ovoïdes de 4 à 7 cm, constitués d'écailles (30 à 50 arrangées en spirale) ayant la forme de losanges aplatis. Chaque écaille abrite de 5 à 7 semences aux bords ailés1, ce qui donne une moyenne de 230 semences par cône. Ces fruits cônes peuvent rester en place sur l'arbre pendant plus de 20 ans. La graine, de couleur brun foncé mesure 4-5 mm de long pour une épaisseur de 1 mm avec 2 ailes brun-jaune de chaque côté.
Les graines peuvent tomber au sol lorsque les écailles se dessèchent durant les étés chauds mais la plupart sont libérées au cours d'incendies et/ou d'attaques par des insectes ou animaux (voir la section Ecologie). Le séquoia géant se reproduit par graines et commence généralement à produire des cônes vers l'âge de 12 ans. Contrairement au séquoia à feuilles d'if, il ne produit pas de rejet lorsque son tronc est coupé. Un arbre adulte porte en moyenne 11 000 cônes dont la majeure partie se situe dans le tiers supérieur du feuillage. Un séquoia géant adulte disperse ainsi 300 000 à 400 000 graines chaque année sur une distance pouvant atteindre 1,80 km.


Croissance:


Le séquoïa géant a une croissance rapide annuelle moyenne de 50 cm dans ses premières années et peut atteindre un accroissement en hauteur d'un mètre par an dans son milieu naturel en Californie.


Distribution:


Les séquoias sont les géants de la forêt tempérée, ici dans le Parc national de Séquoia en Californie.
Le séquoia est apparu sur Terre il y a 200 millions d'années.
Lors des grandes glaciations du quaternaire, il a disparu d'Europe et est resté confiné en Californie. De nos jours il ne pousse plus à l'état naturel que dans 75 forêts réparties sur 14 416 ha situées sur les versants occidentaux de la Sierra Nevada californienne. Cet arbre apprécie les climats humides avec des étés chauds et de la neige en hiver. On trouve le séquoia géant à des altitudes comprises entre 1 400 et 2 150 mètres où il pousse généralement sur un socle granitique et riche en matière minérale. Il résiste à des températures pouvant chuter jusqu'à -25 °C. En hiver, l'épaisseur de neige peut atteindre plusieurs mètres. Ce manteau permet de protéger les jeunes pousses du froid et constitue une réserve d'eau au printemps. Les populations de séquoias sont souvent situées sur le versant sud des montagnes du nord de la Sierra Nevada et sur le versant nord des montagnes du sud. Actuellement, la densité des populations de séquoias géants est en déclin depuis l'arrivée des pionniers européens.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LES ARBRES   Sam 23 Nov 2013 - 0:20

LE CHÊNE:




Chêne
     
Quercus
arbre de la famille des Fagacées 
(Châtaignier, Chêne, Hêtre)

Étymologie :

 Du latin Quercus, qui proviendrait du celte "kaerquez", "bel arbre" ; son nom grec, drus, est un terme générique pour désigner "l'arbre". Il est aussi appelé aigilops ouphegos (de phagein, manger, allusion au gland).
Le latin robur (attribué en taxinomie au Chêne pédonculé) se traduit "rouvre". C'est un faux ami car le Chêne rouvre n'est pas le Quercus robur ! De "rouvre" découlent les termes catalan "roure" et espagnol "roble" (noms génériques des chênes àfeuilles caduques). 

Origine

Sur les 400 espèces, l'Europe possède le Chêne pédonculé, Quercus pedunculata ou Quercus robur (le gland a un pédoncule), le Chêne rouvre ou chêne sessile, Quercussessiliflora ou Q. petraea (car le gland n'a pas de pédoncule) ou "drille", le Chêne chevelu, Quercus cerris (ainsi nommé car son gland est pourvu de poils assimilés à des cheveux !), le Chêne chevelu panaché (naturel dans le Doubs et le Jura, espèce décorative de jardin), le Chêne blanc ou tauzin, Quercuspyrenaica ou Quercus toza (dessous des feuilles blanc), le Chêne pubescent ou truffier, Quercus pubescens, le Chêne vert, Quercus ilex ("toujours vert") et leChêne-liège, Quercus suber (on exploite son écorce), tous deux à feuilles persistantes. Le Chêne kermès est un arbrisseau. Le chêne couvre 39 % de la forêt française (voir le graphique de répartition de la forêt française). Il existe d'autres espèces de chênes d'Amérique et d'Asie.
 
Habitat :
 
Le Chêne pédonculé est une espèce pionnière, c'est à dire qu'il est prêt à coloniser des terres abandonnées. Dès son jeune âge, il supporte assez mal la concurrence et pour faire du bois de qualité, son houppier doit pouvoir se développer facilement. Il préfère des sols profonds, frais et bien alimentés en eau. Il est très sensible aux sécheresses mais il supporte des excès d'eau temporaires. Le pH doit être proche de la neutralité (5 à 7,5).
Le chêne sessile est plus rustique et tolérant. Il peut être planté en futaie dense tout en faisant du bois de haute qualité. Il supporte des conditions plus contraignantes : des sols plus acides, moins profonds, plus secs.
Les vieux chênes dépérissants hébergent souvent les larves du grand capricorne, un insecte protégé, durant les quatre années de leur développement. 
En été, les chênes sont parfois colonisés par la chenille processionnaire du chêne (Thaumetopoea processionea) aux poils urticants très allergisants.

Rusticité :

Le Chêne pédonculé et le Chêne rouvre sont très rustiques (zone 6 : ils supportent le froid jusqu'à -23°), tandis que le Chêne vert et le Chêne liège sont moins résistants au froid (zone 7, froid de -17°). 
Taille maximale : 50 m.
Port (arbre isolé) : houppier large et irrégulier. Les branches basses sont puissantes et leur aspect tortueux est caractéristique en hiver. Son feuillage n'est pas très dense et on aperçoit lesbranches même en été. Le Chêne rouvre planté serré pousse droit et haut.
Tronc : il peut atteindre 2 m de diamètre chez le chêne pédonculé. Il est robuste et droit.

Racines :

 Les racines du chêne pénètrent profondément dans la terre en pivot, au détriment des racines latérales moins développées.
Écorce : lisse et claire chez l'arbre jeune, elle devient foncé chez l'adulte et se creuse de profonds sillons longitudinaux. Grise chez le chêne pédonculé, marron chez le chêne rouvre ou sessile et le chêne chevelu.
Les feuilles sont caduques (sauf chez le chêne vert et le chêne-liège) et alternes. Elles ont en général une plus grande largeur vers le tiers supérieur du limbe (particularité commune à la feuillede Magnolia caducifolié). Elles ont un bord lobé ou profondément denté (chêne vert, chêne-liège, chêne châtaignier). Pour les différences entre les chênes, voir le tableau suivant
La fleur mâle est regroupée en chapelets pendants et discrets en avril, en même temps que l'apparition des feuilles , les femelles sont isolées ou réunies en petits en épis dressés. Elle portent 6 à 8 étamines.
Risque de pollen allergisant : moyen.
Son fruit est une akène (le gland), plus ou moins profondément insérée dans une cupule garnie d'écailles parfois épineuses. Il tombe de lui même (quittant sa cupule) quand il est mûr, en septembre. Un chêne adulte en produit 50.000. Le chêne fructifie tard (à 50 ans).

Écorces :

chêne chevelu 

chêne rouvre ou sessile

chêne pédonculé
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LES ARBRES   Dim 24 Nov 2013 - 15:11

Hêtre
     

ou fayard, faou, fouteau, Fagus sylvatica


arbre de la famille des Fagacées car le fruit est maintenu dans une "cupule"
(ChâtaignierChêne, Hêtre)

Étymologie :
 le mot "hêtre" est un nom germanique apparu au XIIIe siècle. "Fayard" vient du latin "fagus", qui a aussi donné Fau, Fou, Le Faouet, La Fage, fouet, fouine. Le Hêtre était inconnu des Grecs. La forêt de hêtres est une hêtraie. 
Origine : Europe centrale.
Espèces : 
Hêtre hétérophylle (feuilles laciniées), Fagus sylvatica asplenifolia.
Hêtre du Chili, Nothofagus antarctica (petites feuilles). 
Hêtre d'Orient, Fagus orientalis, dont la feuille se distingue de celle du Hêtre fayard, par un pétiole plus long, une base en V, et l'absence de poils sur le bord du limbe. 
Hêtre américain, Fagus grandifolia, qui a des feuilles un peu plus longues (12 cm contre 10 cm chez son cousin européen), mais surtout, elles sont bordées de grande dents pointues (un peu comme le châtaignier).
Très plastique, le hêtre a permis de nombreux cultivars (variétés horticoles) aux feuilles particulières :
- Hêtre pourpre (feuilles pourpre),
- Hêtre à feuilles de chêne, 
- Hêtre doré pleureur,
- Hêtre de Spath, Fagus sylvatica Zlatia. Il a la particularité de porter des feuilles de couleur jaune, en été, qui virent au vert puis au brun à l'automne. 
Habitat : 
Le Hêtre est assez indifférent à la nature du sol, calcaire ou siliceux, riche ou pauvre. Essence d'ombre, le Hêtre produit un feuillage dense qui assombrit le sous-bois et freine son développement. Il a besoin d'humidité atmosphérique mais il craint les sols trop humides. Il est sensible aux grands froids et aux fortes chaleurs. Le Hêtre prospère en plaine, dans la partie Nord de la France, notamment en Normandie. Au Sud de la Loire, il est présent en montagne : dans le Massif central et les Pyrénées occidentales notamment. En montagne, il voisine le Sapin, jusqu'à 1700 mètres d'altitude. Le Hêtre couvre 9% de la forêt française, derrière le chêne et le pin sylvestre.
Rusticité
 (le Hêtre supporte des températures minimales moyennes de -20° C.) 
Durée de vie du hêtre commun : 300 ans. Des exemplaires rares sont répertoriés comme ayant atteint 1000 ans (dans la Marne).
Port (arbre isolé) : houppier ovoïde. Les branches sont plagiotropes (elles poussent à l'horizontale).
Racines : superficielles. Une tempête peut faire vaciller les hêtres de grandes tailles. 
Taille maximale :
 30-40 m (Hêtre commun et Hêtre d'Orient). Son diamètre atteint alors 1,5 m.
Croissance :
 lente. Les arbres à croissance lente se caractérisent par un bois dense et dur.
Écorce mince, lisse (comme des pattes d'éléphant !), gris clair. Tronc cylindrique.

Bois homogène, blanc grisâtre à jaune rougeâtre, et dense. Après la coupe, il se colore en rougeâtre. Il faut le débiter et le sécher sans tarder pour éviter l'attaque de champignons. Le Hêtre poussant sur des terrains calcaires donne un bois de meilleure qualité que celui qui pousse sur de terrains siliceux (bois nerveux à fort retrait).

Feuillage caduc. Feuilles (9 cm) en disposition alterne et distique, en mai. Elles sont pétiolées, ovales, à bords pubescents et ondulés. 
Si d'aventure, la feuille du hêtre peut être confondue avec celle du charme, un petit dicton rappelle les différences : 
"Le charme d'Adam est d'être à poil" (traduisez : le charme a des dents, le hêtre des poils). 
Comme chez les Fagacées, elles sont marcescentes. Couleur vert brillant sur le dessus.
Fleurs : le Hêtre fleurit en avril-mai. Les fleurs mâles, jaunes, en petits chatons pédonculée (3-5 cm) à pilosité velue, et les fleurs femelles, vertes, à court pédoncule, forment des groupes séparés.
Fruits : ce sont des akènes, nommés "faînes", groupés par 3 ou 4 dans une cupule hérissée.

Légendes et traditions :
 Déesse mère, symbole de la connaissance féminine : associé à Eurynomé (déesse qui créa le monde par la danse et le chant) chez les Grecs, Belisama chez les Celtes, Junon (déesse protectrice des femmes) pour les Romains. Dans l'astrologie celtique, lehêtre est matérialiste, raisonnable, ...

Utilisations : 
Du fruit de hêtre (la faîne), on extrait une huile comestible (il faut 50 kg de faîne pour fabriquer 10 l). Mais son enveloppe contient un principe toxique (qui donnent des migraines et des convulsions). De plus, l'huile de faîne se conserve mal. Comme le gland du Chêne, la faîne est appréciée du gibier et des cochons. Autrefois, l'administration forestière accordait le droit de "Panage" autorisant les paysans à mener les porcs en forêt pour y consommer les faînes de hêtres. 
Le bois du hêtre est dur, homogène, mais il manque de souplesse. On améliore sa souplesse par chauffage à la vapeur. En "bois debout" (non débité), on en fait les billots pour bouchers. Le bois de hêtre accepte le tournage (jouets, pieds de chaises), la teinture et le polissage. Du fait de son homogénéité, le bois de hêtre était beaucoup utilisé par les boisseliers, tourneurs, fabricants de pièces complexes. On en faisait aussi les anciennes pinces à linge de nos grands-mères, avant l'invasion des polymères. Aujourd'hui, il est exploité en menuiserie (meubles, parquets) à condition d'être séché avec précaution (tendance au retrait). Le hêtre équipe 14 % des meubles fabriqués en France, juste derrière le chêne. 
On en fait aussi : des traverses de chemin de fer, des panneaux de particules, de la pâte à papier, des jouets, de la tonnellerie, des manches d'outils. Il peut être déroulé pour les panneaux de contreplaqué.
C'est aussi un excellent bois de chauffage. La flamme est vive et claire. Le charbon est incandescent jusqu'à complète combustion. Le charbon de hêtre était utilisé pour la sidérurgie des minerais.
De son bois, par combustion incomplète, on extrait du goudron, et, par distillation, la "créosote", à l'odeur forte. La créosote sert à traiter les bois extérieurs (poteaux électriques, traverses de chemins de fer), par imprégnation, éventuellement sous vide d'air. Le créosol est une huile extraite de la créosote ; elle est utilisée comme désinfectant des plaies, des caries dentaires.
Les cendres de bois de hêtre entraient dans la composition de savon artisanal. 
Le hêtre est un des meilleurs bois, avec le sapin et le genêt, pour fumer les viandes de porc et de boeuf, ou les andouilles de Normandie. 
Utilisation médicinale : plante antiseptique, astringente, fébrifuge et diurétique (feuilles, écorce, rameaux).
Autres usages : cure-dents (bourgeons d'hiver secs), bourrage des matelas (feuilles séchées), désinfectant (rameaux).

Particularité :
 les racines du hêtre sont superficielles. Elles vivent en symbiose avec des champignons qui fournissent des sels nutritifs et reçoivent des hydrates de carbone. D'autre part, l'ombre épaisse qui règne au pied des hêtre empêche le développement du sous-bois.
Maladies : depuis 1980, le hêtre est attaqué par des champignons et des cochenilles. Il souffre également des sécheresses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LES ARBRES   Mar 26 Nov 2013 - 12:59

Acacia



[ltr] voir Acacia (homonymie).[/ltr]
Acacias et mimosas
Acacia fimbriata

[ltr]
Acacia est un genre d'arbres et arbustes appartenant à la famille des Fabacées (sous-famille des Mimosoidées). Dans le langage courant, les espèces de ce genre prennent, selon les cas, l'appellation d'acaciacassiermimosamulga ou encore tamarin. En France, on désigne souvent du nom commun « acacia » un arbre entièrement différent, le robinier faux acacia de l'espèce Robinia pseudoacacia.[/ltr]


[ltr]Caractéristiques:[/ltr]






Branche d'acacia


Graine d'acacia
[ltr]
On compte plus de 1 500 espèces d'acacias à travers le monde dont près de 1 000 uniquement en Australie. C'est d'ailleurs un acacia ou mimosa, le mimosa doré (Acacia pycnantha) qui est la fleur nationale de l'Australie. Les acacias se rencontrent dans une grande variété de conditions écologiques, allant des zones littorales, aux zones fortement arrosées ou aux régions sub-montagneuses en passant par les zones arides ou sub-arides. C'est cependant dans ces dernières qu'on les rencontre le plus.
Les fleurs sont régulières, généralement petites, groupées en têtes globuleuses ou en épis cylindriques. Selon les espèces les inflorescences peuvent comporter de quelques fleurs à plus d'une centaine. En général, ils fleurissent tout au long de l'année avec une éclosion principale au printemps et une floraison de moindre importance le reste de l'année. Les fleurs sont en général jaunes, bien qu'il existe quelques espèces aux fleurs roses.
Les fruits sont des gousses.
Les feuilles sont composées de nombreuses paires de folioles, mais certaines espèces développent des phyllodes. Quelques-unes, plus rares, n'ont pas de feuilles du tout et possèdent des tiges transformées en cladodes. Leur position verticale assure une protection contre la déshydratation et la trop grande insolation.[/ltr]
[ltr]
Symbiose:

Plusieurs genres de fourmis, des Tetraponera1, les Crematogaster mimosae et Crematogaster nigriceps, vivent en symbiose avec l’Acacia drepanolobium dans des structures appelées domaties.
L’acacia produit des cavités dans de grandes épines, qui sont utilisées par les fourmis comme nid et source de nourriture.

Importance:[/ltr]


Dans les régions semi-arides, les Acacia sont très importants autant d’un point de vue économique qu’écologique. Ce genre fournit de l’ombre aux hommes et aux animaux en plus de procurer (avec ses fruits en gousse) de la nourriture pour les animaux (par exemple, pour les chèvres et les dromadaires, deux espèces animales souvent domestiquées par la population locale). Il est aussi utilisé comme énergie pour les feux et comme matériaux de construction. Cet arbre peut aussi servir à construire des barrières de protection autour des villages et des champs (cela grâce aux épines pointues qui se retrouvent sur les branches de l’Acacia).
[ltr]De plus, ce genre a aussi une grande importance écologique en étant un foyer pour plusieurs espèces d’oiseaux. Il crée aussi un endroit propice pour que d’autres espèces de plantes viennent s’établir à proximité en fixant l'azote (grâce à un travail de symbiose avec des bactéries) et en enrichissant le sol d’autres nutriments, grâce aux racines qui vont aller les chercher plus en profondeur et les remonter à la surface.[/ltr]
[ltr]
Utilisation par l'homme:[/ltr]
[ltr]
Beaucoup d'espèces produisent de la gomme. La vraie gomme arabique provient de l'espèce Acacia senegal commune aussi bien dans les régions tropicales d'Afrique de l'Ouest qu'en Afrique de l'Est. En IndeAcacia arabica produit de la gomme mais de qualité inférieure à la vraie gomme arabique. En Inde également Acacia concinna est utilisée traditionnellement pour les soins des cheveux.
Un médicament astringent, appelé catechou, est obtenu en faisant bouillir le bois de l'espèce Acacia catechu puis par évaporation.
Enfin, l'acacia est utilisé pour les membrures de bateau.[/ltr]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LES ARBRES   Sam 30 Nov 2013 - 13:28

Ébène






ébène
L'ébène - nom féminin - est le nom donné au bois de cœur ou duramen produit par plusieurs espèces d'arbres de la famille des Ebenaceae appartenant au genre Diospyros, appelés ébéniers, ainsi que certains arbres du genre Dalbergia. Ils se rencontrent dans les régions tropicales de l'Ancien Monde et sont connus depuis la plus haute Antiquité pour la couleur noire de leur bois.
[ltr]Les caractéristiques principales de l'ébène sont sa couleur noire et sa densité élevée. Aussi trouve-t-on des échantillons d'ébène plus ou moins foncés et durs.
Seuls les Diospyros à bois noir ou approchant le noir peuvent prendre l'appellation d'ébénier. Les plaqueminiers (Diospyros kaki), par exemple, bien que très proches dans la classification botanique, n'en sont pas.
Le mot ébène (du genre féminin) est dérivé du latin ebenus, lui-même du grec ebenos (mot d'origine égyptienne) qui désignait déjà ce bois à l'époque de l'Égypte pharaonique, où il entrait dans la composition de petits objets précieux de toutes sortes.
[/ltr]
Écologie:
Habitat : montagnes chaudes et caillouteuses. Haut de 25 à 30 m (dimensions d'un chêne) pour un fût de 7 à 10 m et un diamètre de moins d'un mètre.
Seuls les pieds femelles seraient réputés pour avoir une bonne ébène de couleur noire assez stable avec très peu (ou pas) de veines blanchâtres.
Bois:


  • Bois précieux très noir ou veiné. Grain très fin, bois très lourd. Fil droit, coupe nette, très sec sous l'outil et fendage franc. Finement pailleté d'incrustation de cristaux d'acide oxalique qui lui donnent son aspect scintillant si particulier à la lumière. Poli parfait, luisant, très lisse, mat ou brillant, très lourd (densité de 1,00 à 1,10) débardé en bûches purgée d'aubier de taille suffisante pour être portées par un homme (30-70 kg) puis lié à d'autres espèces moins denses pour assurer sa flottabilité.
Les bois d'ébène sont gris à l'origine, c'est la présence d'un champignon parasite qui fait noircir le cœur du bois.


  • Botanique, espèces :


    • Diospyros ebenum, ébène des Indes (IndeCeylan). Exportation quasi-impossible (espèce protégée) et seules de petites pièces de lutherie finies peuvent être exportées.
    • Diospyros perrieri ébène de Madagascar (MadagascarMaurice). C'est la variété qui fut la plus utilisée pour les meubles français des XVII° et XVIII° siècles.
    • Diospyros crassiflora ébène du Gabon (GabonCameroun). C'est la variété la moins noire ; elle est même parfois veinée de blanc.
    • Diospyros celebica, ébène de Macassar ou Makassar, ou Macassar de Coromandel selon sa provenance. Très utilisé en placage à l'époque Art déco
    • Diospyros melanoxylon
    • Diospyros mun
    • Diospyros tesselaria (Maurice)

Bien que son nom commercial reste parfois ébène du Mozambique, la grenadille d'Afrique n'est plus considérée comme une ébène, appellation désormais réservée à un nombre limité de bois produits par le genre Diospyros, plus fragiles et d'apparence plus mate.
Utilisation:







Sculpture en ébène (art africain)


  • Travaillée en ébénisteriesculpturelutheriemarqueteriecoutellerie, et dans des jeux (échecs, dames...) sous forme de bois massif, en feuillets ou en placage scié. Elle est également utilisée pour la conception d'instruments de musique tels la flûte à bec, la clarinette, le hautbois, la touche des instruments à cordes et certaines baguettes de tambour.
Histoire:
Les corporations:
Dès le xiie siècle, l'ébène était considérée en Europe comme un bois des plus précieux. Elle était employée à la fabrication de petits objets (coffrets, manches de couteaux, jeux d'échecs, etc.)
Au xviie siècle, on réussit à la débiter en plaques très minces que des spécialistes collaient sur des meubles richement décorés.
En France, les ouvriers qui travaillaient le bois étaient groupés, depuis le xie siècle, en deux corporations : celle des charpentiers, pour le gros œuvre et celle des menuisiers, pour les objets plus petits (meubles, huisserie, parquet, etc).
Mais là, c'était un travail de haute précision, qu'aucune de ces deux corporations ne savait pratiquer. Les premiers ébénistes vinrent des Pays-Bas. Dans la hâte, il fallut donc créer, à Paris, en1743 la corporation des ébénistes. En 1789, lors des États Généraux, cette corporation parisienne comptait déjà officiellement 1 142 membres. Ils s'étaient regroupés naturellement dans lefaubourg Saint-Antoine à deux pas de la Bastille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LES ARBRES   Lun 2 Déc 2013 - 12:34

Saule:


Le saule (Salix) est un genre d'arbres, d'arbustes, d'arbrisseaux de la famille des Salicacées (Salicaceae). Il comprend 360 espèces environ, réparties à travers le monde, principalement dans les zones fraîches et humides des régions tempérées et froides de l'hémisphère nord.


  • Une rangée régulière de saules est dénommée une saulée.

  • Une saulaie est un endroit où poussent des saules, tout comme une saussaie, terme vieilli et régional.
  • Étymologie:
    Le terme français saule est issu du vieux bas francique *salha (Cf. vieil anglais salh, vieux haut allemand salaha), du germanique *salχaz . Il ne procède donc pas du latin salix,accusatif salĭcem qui, par contre, a donné en ancien français saus et sausse, conservés dans certains dialectes et dans le terme saussaie (de SALICETU) « saulaie ».
    Caractères généraux:


    La cire blanche du saule et une lenticelle.





  • Les feuilles sont caduques, alternes, ovales ou lancéolées. Les fleurs sont réunies en chatons dressés, mâles ou femelles, portés par des pieds différents (plantes dioïques). Chaque fleur est portée par un nectaire, qui correspond au périanthe, et protégée par une bractée ciliée.
    La fleur mâle, minuscule, comporte 2 à 5 étamines, et les fleurs mâles sont les seules qui aussi portent du pollen.
    La fleur femelle ne comprend qu'un seul ovaire, uniloculaire mais à deux carpelles. Les fleurs femelles fécondées forment des capsules à deux valves, qui libèrent des graines cotonneuses. Les saules peuvent être anémophiles (pollinisés par le vent) ou entomophiles (pollinisés par les insectes).
    Les nombreux hybrides rendent souvent la détermination difficile.

    La plupart des saules se couvrent à l'automne d'une cire blanche qui les protège pendant l'hiver. Comme toutes les cires, celle-ci est hydrophobe, c'est-à-dire qu'elle ne laisse pas passer l'eau. Cette propriété protège l'arbre de la déshydratation pendant l'hiver mais rend aussi la respiration plus difficile. Pour résoudre ce problème, l'arbre est équipé de lenticelles.

    Distribution:
    Saules et bouleaux sont les premiers arbres à coloniser les friches, surtout les berges de rivières, en effet le saule a besoin d'un terrain nu et de beaucoup de lumière; l'eau est un caractère important pour son développement. Il est plutôt acidicline et s'installera sur des sols à pH allant de 5.5 à 7.5. Il préfère les sols légers et humides tels que les alluvions des bords de cours d'eau.
  • Les Salix et l'homme:


    Blason de Widen, canton d'Argovie






  • Utilisation:
    Les saules sont cultivés principalement pour l'ornement, notamment le saule pleureur, de loin le plus connu dans les parcs et jardins.
    Certaines espèces fournissent du bois, apprécié notamment pour la fabrication de manches d'outils, de gaule et des rameaux flexibles utilisés en vannerie (osier).
    Certaines espèces particulièrement droites et solides (Salix calodendronSalix cinereaSalix capreaSalix viminalis et leurs mélanges) sont utilisées pour la fabrication des fusains d'artistes.
    L'écorce de saule est connue depuis l'Antiquité pour ses vertus curatives. Hippocrate conseillait déjà une préparation à partir de l'écorce du saule blanc pour soulager les douleurs et les fièvres. En1829, un pharmacien français, après avoir fait bouillir de la poudre d'écorce de saule blanc dans de l'eau, concentre sa préparation. Il en résulte des cristaux solubles qu'il baptise salicyline (du latinsalix). Plus tard, un chimiste alsacien nommé Charles Frédéric Gerhardt a réussi, à partir de la salicyline, à synthétiser l'acide acétylsalicylique qui deviendra la substance active d'un médicament : l'aspirine.
    Avant l'invention de l'auxine de synthèse, on se servait de l'eau de saule pour faciliter le bouturage de tous types de plantes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LES ARBRES   Mer 4 Déc 2013 - 14:51

Pin parasol:


Le Pin parasol ou Pin pignon (Pinus pinea L.) est un arbre caractéristique des régions méditerranéennes, reconnaissable à son port évoquant un parasol déployé. Sa graine, le pignon, est souvent utilisée en pâtisserie. L'arbre appartient au genre Pinus et à la famille des Pinacées. L'arbre est parfois appelé Pin d'Italie.








Description:


Appareil végétatif










Écorce du pin parasol

Le tronc, généralement unique, est parfois divisé à la base. L'arbre pousse en s'adaptant au terrain et en recherchant le soleil, ce qui donne fréquemment des troncs assez peu verticaux. Il dépasse rarement 30 mètres. Quand il est jeune, son port est sphérique, puis sa cime s'étale en parasol quand il prend de l'âge. L'écorce, très craquelée, est brun rougeâtre avec des nuances grises, puis en plaques de rhytidomes grisâtres caractéristiques quand il vieillit.
Les feuilles sont des aiguilles persistantes, assez peu piquantes, réunies par lots de deux (elles sont dites "géminées") avec leurs bases enserrées dans une même gaine. Leur couleur est souvent un peu glauque.
Sa longévité est estimée à 250 ans


Appareil reproducteur:









Cônes mâles de pin parasol






Cônes femelle de pin parasol

Comme tous les pins, c'est un arbre monoïque (cônes mâles et femelles différents et séparés, mais poussant sur la même plante).
Les cônes mâles, brun orangé, ovoïdes, sont groupées à la base des jeunes pousses. Les cônes femelles, vert jaunâtre, sont solitaires et de petite taille avant fécondation.
Le pseudo-fruit, appelé pigne en français méridional de pinha en occitan, est un cône qui, à maturité (trois ans en moyenne), est globuleux, de grande taille et pratiquement aussi large que long (environ 10 cm, parfois plus). Les écailles présentent côté extérieur un écusson présentant une petite protubérance arrondie. Les écailles s'écartent pour libérer les graines, appelées pignons, qui sont d'assez grosses graines à amande comestible.


Écologie et habitat:









Distribution naturelle selon O. Polunin et M. Walters



C'est un arbre poussant abondamment sur le pourtour méditerranéen, dans les bois ou les maquis, où il est souvent associé au chêne vert et au pin d'Alep. On le trouve également dans leBassin aquitain, où il a été implanté. Il est par exemple sub-spontané sur l'île de ré, où il forme de petits boisements, en compagnie du chêne vert et du pin maritime. Il se ressème aussi très sporadiquement le long du littoral charentais, dans des micro-stations qui lui sont favorables.
Il préfère les terrains secs, mais s'accommode très bien de sols profonds et frais. On l'utilise parfois pour assainir les zones marécageuses ou fixer les dunes.
Il est aussi planté dans certains parcs plus au nord comme en Île-de-France.


Bois:


Le bois du pin parasol est léger et souple. On peut l'utiliser en menuiserie et pour les charpentes, notamment dans la construction maritime.


Graines:







Pignons entiers, décortiqués et débarrassés de leur enveloppe

Article détaillé : Pignon de pin:




Les pignons sont utilisés en pâtisserie, en garniture de salades, ou encore dans des plats en sauce de type tajine mélangeant sucré et salé. Le pignon entre dans de nombreuses recettes méditerranéennes. En Syrie et en Tunisie, il est courant d'en mettre dans le thé à la menthe. Il avait autrefois la réputation d'être aphrodisiaque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LES ARBRES   Ven 6 Déc 2013 - 0:31

Sapin:

Les sapins sont des arbres conifères du genre Abies originaires des régions tempérées de l'hémisphère nord. Ils font partie de la famille des Pinaceae. Ils sont reconnaissables au mode de fixation des aiguilles sur la tige, à leurs formes qui diffèrent de l'épicéa ainsi qu'à leurs cônes dressés qui se désagrègent à maturité.
Ce sont des arbres monoïques à écorce quelquefois ponctuée de vésicules résinifères, à branches verticillées et étagées. Les aiguilles du sapin sont fixées une par une contrairement au pin d'alep.

Étymologie:

Le terme sapin est un dérivé de sap en langue d'oïl, mot encore en usage dans les dialectes, qui désigne à la fois le sapin et le pin.
C'est un substantif pré-latin, peut-être celtique, de *sapo que l'on rapproche du gallois sybwydd "pin" (< *sapo-uidu- ?). On dispose des noms de personnes antiques Sapauidus etSapaudus. On trouve en toponymie : la Savoie, dont le nom procède de Sapaudia (< *sapa-uidiā). Le mot sapin vient plus précisément du bas latin sappīnus (probablement sur *sapo, terme indigène et pīnus, latin).
« Sapin » désignait jadis aussi le matériau, le bois, avant de prendre le sens du genre latin abies.
Un sapay ou une sapaie est l'ancien terme pour nommer à la fois une sapinière, terme attesté pour la première fois en 1632 et une pinède, emprunt récent à la langue d'oc (pineda), mentionné en 1842.
Une sapinière est donc une forêt où le sapin domine.

Sapin noble:

Le sapin noble (Abies procera) est une espèce de sapin de la famille des Pinaceae, originaire du nord-ouest de l'Amérique du Nord.


Description:

C'est un grand arbre au feuillage persistant mesurant généralement de 40 à 70 m de hauteur et 2 m de diamètre, rarement 90 m de hauteur et 2,7 m diamètre, avec une couronne conique étroite. L'écorce des jeunes arbres est lisse, grise avec des boules de résine, devenant rouge-brun, rugueuse et fissurée sur les vieux arbres. Les aiguilles, de 1 à 3,5 cm de long, sont d'un bleu-vert glauque avec de fortes bandes de stomates et une pointe crantée mousse. Elles sont disposées en spirale sur la tige, mais légèrement tordues pour être au-dessus de la tige. Les cônes sont dressés, font 11 à 22 cm de long, avec les écailles pourpres presque complètement cachées par les longues bractées jaune-vert; bruns à maturité, ils se désintégrent pour libérer leurs graines ailées à l'automne.

Répartition et habitat:

Il est originaire des montagnes de la chaîne des Cascades et des chaînes côtières du Pacifique entre l'extrême nord-ouest de la Californie et l'ouest de l'Oregon et de l'État de Washington, aux États-Unis.
C'est un arbre d'altitude, poussant généralement de 300 à 1500 m d'altitude, atteignant rarement la limite des arbres.

Utilisation:

Le bois de l'arbre est utilisé en construction et en papeterie. On l'utilise aussi pour en faire des sapins de Noël.

Galerie:





  • Cône femelle






  • Cônes mâles






  • Aiguille
    s





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LES ARBRES   Jeu 12 Déc 2013 - 18:40

Platane

Platanus est un genre d'arbres, les platanes, de la famille des Platanaceae qui comprend une dizaine d'espèces. La plus répandue est un hybride, le platane commun largement utilisé comme arbre d'alignement pour orner les places et les rues.

Étymologie : du grec platanos, de platus, large.

Caractéristiques générales






Platane (Platanus hispanica synonymePlatanus acerifolia) de Soignies (11 m de circonférence à 50 cm du sol, pour 18 m de haut en 1999)
Les platanes sont de grands arbres, pouvant atteindre de 25 à 55 m de haut, dont les caractéristiques générales diffèrent peu d'une espèce à l'autre. Ils ont une durée de vie assez longue (plusieurs centaines d'années, voire 10 siècles et plus). Dans un sol suffisamment humide, le platane peut vivre jusqu'a 4000 ans.
Leur écorce caractéristique se fissure en écailles appelées rhytidomes dégageant des zones jaunâtres laissant apparaître le liège. L'aspect de peau de serpent de l'écorce est assez particulier.

Les feuilles sont caduques, alternes, assez grandes (de 15 à 25 cm de long), presque aussi larges que longues et de consistance assez ferme, voire coriace. Elles sont à nervation pédalée et comptent trois, cinq ou sept lobes aigus plus ou moins profondément séparés. Ces feuilles rappellent celles de certains érables, mais la distinction est facile à faire, les feuilles d'érables étant toujours opposées sur la tige et possédant une nervation palmée.

Les fleurs, très petites sont dépourvues de calice et de corolle. Elles sont réunies en chatons ou capitules globuleux. Elles fleurissent assez tôt (en mai dans l'hémisphère nord).

Les fruits sont des akènes, généralement velus réunis en boules pendantes qui murissent à l'automne.

Le bois est dur et lourd, de couleur brun rosé.


Distribution:

Les différentes espèces de platanes sont originaires des régions tempérées subtropicales de l'hémisphère nord.
Des preuves (fossiles) de leur présence dans l'actuelle Hongrie existent pour l'époque tertiaire

Le platane d'Occident et le platane d'Orient, très proches par leurs caractéristiques morphologiques, ont des aires de répartition bien distinctes (Amérique du Nord pour le premier, Balkans et Turquie pour le second). Ce sont des espèces dites vicariantes.


Histoire du platane:

Le Plataniste était dans l'Antiquité grecque une plaine ombragée de platanes sous lesquels les jeunes Spartiates pratiquaient leurs exercices de gymnastique
Le mot latin platanus a notamment donné plaitoine, plantoine, ca 1150 (Le Conte de Floire et Blancheflor', éd. J. L. Leclanche, 1863 et 1986) platan, fin XIIe-début XIIIes. (Flore et Blancheflor, I, éd. M. M. Pelan, 1671). Fréq. abs. littér.: 462. Fréq. rel. littér.: XIXes.: a) 463, b) 611; XXes.: a) 798, b) 761.

En 1718 et 1740, le dictionnaire précise que plane (s.m) est une « sorte d'arbre appelé autrement platane »
En 1762, platane renvoie aussi à plane

Le Platane d'Orient a aussi autrefois été appelé plane ; mot qui a pu être source de confusion car on parlait aussi d'érable plane et d'érable-platane ou d'érable faux platane (les feuilles de l'un rappelant celles de l'autre).

Pour le Dictionnaire Godefroy, « le platanier est un arbres qui est ainsy appellé pour ses feuilles qui sont plates et larges (Corbichon, Propriét. des choses, XVII, 117, Richel. 22533, (287), Var., Plantanier (éd. 1486) : Des plantaniers qui obumbration Font aux bourgeons, ruisseaulx et fontaines (Guill. Michel, 4e liv. des Georg., (66v, éd. 1540) »

Au Royaume-Uni, dans le comté du Dorset, à environ 80 kilomètres à l'ouest de Southampton, dans le parc de l'école privée Bryanston School, vit encore un platane hybride « London Plane » et planté en 1749 « pour commémorer le centenaire de la mort tragique du roi Charles Ier, la tête tranchée par le bourreau (...) croisement entre un platane occidental et un platane oriental ». Il est présenté par le Guiness Book of the Records comme ayant une circonférence à hauteur d'homme de 6,95 m et une hauteur totale de 51 m.

La notion de Platanaie (plantation de platanes ou lieu planté de platanes apparaît dans le dictionnaire au xixe siècle.

Le platane aurait pu symboliser Marie : « Personne, je le vois bien, ne t'a jamais enseigné que le platane étant, d'après le saint texte, un des arbres mystérieux désignés pour symboliser Marie, il est en même temps celui de tous dont le feuillage retient le plus longtemps et avec le plus d'éclat les adorables couleurs du soleil mourant » 

Largement utilisés comme arbres d'alignement, ils ont été récemment répandus dans le monde par la culture.


Platane et biodiversité:

Hors de leur zone d'origine, et en ville notamment où ils sont appréciés pour leur résistance à la taille et à la pollution de l'air, ce sont des arbres particulièrement pauvres en épiphytes et en biodiversité hébergée

Liste d'espèces:







Platane datant de 1797, Bayeux,
Normandie, France







Le platane du jardin botanique de Padoue, planté en 1680


  • Platanus ×acerifolia (Aiton) Willd., le platane commun
  • Platanus hybrida Brot.
  • Platanus mexicana Moric.
  • Platanus occidentalis L., le platane d'Occident
  • Platanus orientalis L., le platane d'Orient
  • Platanus racemosa Nutt., le platane de Californie
  • Platanus wrightii S.Watson


Utilisation:

Usage médicinal : un ouvrage arabe du xiie siècle, le Traité d'Abou HGamid Mohammed ben Ali Omar, dit Al Samarkandi (car né à Samarcande la seconde moitié du xiie siècle) dit que la feuille de platane peut être utilisée comme pansement contre les tumeurs chaudes et graves 

  • Arbre d'ornement : plusieurs espèces sont plantées comme arbre d'ornement urbain et d'alignement le long des rues et des routes. Ce sont des arbres qui supportent bien l'élagage et les conditions de vie en milieu urbain.


  • Production de bois : le bois des platanes, clair, dur et ferme, peut être utilisé en menuiserie. Certains bois de platane coupés obliquement par rapport au fil du bois prennent un aspect moiré quand ils sont polis. Il ressemble au bois du hêtre et résiste mieux que le bois de hêtre à l'humidité, mais est plus facilement attaqué par les insectes. L'aubier se distingue peu du cœur.


Considéré comme étant difficile à travailler, il est peu employé, sauf en Orient ; on peut en faire des travaux d'ébénisterie, de menuiserie, de charronnage ; en Europe, il sert surtout pour les intérieurs de meubles (casiers, tiroirs).

Légendes et traditions:

Dans la mythologie grecque, le platane est un symbole de la régénération (l'écorce se régénérant par plaques). Il aurait servi à construire le cheval de Troie. Les noces de platane symbolisent les 61 ans de mariage.





Galerie:








  • Le pédoncule qui retient l'akène à l'arbre se délite au cours de l'hiver.
     


  • Pédoncule à demi dégradé
     


  • Akène
     


  • Graines de l'akène
     


  • Détail d'une graine
     


  • Akène en coupe
     


  • Noyau de l'akène séparé des graines
     


  • Le platane géant de Provence à Lamanon

Revenir en haut Aller en bas
 
LES ARBRES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Texte trop petit dans les arbres
» Des nouveautés dans les arbres; la commande en ligne depuis Heredis 11.1
» Tempête: électricité coupée, chutes d'arbres et ponts fermés
» Arbres graphiques
» Seine-Maritime : Yvetot : la 20e Foire aux arbres...!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Partage de liens en images, A chacun son Clic...! :: Divers-
Sauter vers: